Cher public,

Il nous fait plaisir de vous annoncer que 
Les trois petits vieux qui ne voulaient pas mourir 
reprennent vie !

Après quelques représentations devant plus de 1500 petits spectateurs dans le cadre des 
Découvertes Théâtrales, les petits vieux revivront une fois de plus au
Festival Les Coups de Théâtre 
le 14 novembre prochain (10h00 ou 19h00) !

Procurez-vous vos billets ici!

La compagnie

Frèt : n.m. Ensemble du matériel transporté par cargo, par avion.

Le Théâtre du Frèt fondé en 2009 par Alexandre L'Heureux et Léa Traversy (École Nationale de Théâtre du Canada) est né d'une collaboration avec des étudiants de l'École Nationale Supérieure d'Arts et Techniques du Théâtre de Lyon, en France. Il a d'abord pour mandat de créer à travers des outils d'échange et de métissage. Ses fondateurs collaboreront avec des artistes variés de la francophonie jusqu'en 2012, quand entretenir des partenariats avec l'étranger deviendra une contrainte administrative et financière.

En 2017, Isabel Rancier se joint à l'équipe du Frèt pour la création de la pièce "Les trois petits vieux qui ne voulaient pas mourir".

Bien que l'oeuvre soit du répertoire jeunesse, la compagnie ne souhaite pas se mandater de créer pour l'enfance et la jeunesse. Elle créera toujours et uniquement à partir de coup de coeur et pour des publics essentiellement composé d'enfants et d'adulte. La compagnie souhaite créer des ponts pour favoriser de riches échanges entre les gens de différentes générations.

Après avoir participé à la 15ième édition du Festival Les coups de Théâtre en 2018, la direction générale leur offrira d'agir à titre de coproducteur.

En tournée prochainement avec leurs trois petits vieux, ils sillonneront les routes de la province et feront valoir, en 2020, leur travail à l'extérieur du Québec et à l'étranger.
LES PROJETS DU THÉÂTRE DU FRÈT

Dans le lit de Max chez Max

Dans le lit de Max chez Max
Crédit : Marc-Antoine Zoueki

L'histoire entre Éloïse la québécoise et Max le français aurait dû se résumer à une aventure d'un soir, mais pour faire plaisir à sa mère malade qui débarque à l'improviste, Éloïse décide d'engager Max pour jouer le rôle de son amoureux. Max accepte de jouer le jeu entrainant avec lui ses deux meilleurs amis. Alors que tout est mis en place pour duper la mère d'Éloïse, la dynamique cousine Mélissa ajoute son grain de sel contribuant par le fait même aux étonnants imbroglios amoureux qui se dessinent. Alors que tout ce beau monde envahit littéralement l'appartement du pauvre Max, celui-ci découvre que les sentiments qu'il éprouve pour la belle Éloïse sont plus sincères que prévu...


Cette toute première pièce de Léa Traversy à été présenté au Théâtre de la Maison Côte-à-Côte de Mascouche du 4 au 7 mai 2011 et en reprise au Théâtre des Grands Chênes à Kingsey Fall, présenté par l'Hôtel Le Victorin du 13 juillet au 4 août 2012.

Texte : Léa Traversy
Interprètes : Simon-Pierre Ramon (France)/Bruno Piccolo (Belgique), Camille-Loiselle D'Aragon, Debbie Lynch-White, Alexandre L'Heureux, Jonathan Perez (France)/Frédéric Millaire-Zouvi et Nathalie Gascon
Mise en scène : André‐Marie Coudou assisté de Livia Sassoli
Concepteurs : Benoit Grégoire, Guillaume Campeau-Vallée, Pierrick Fréchette, Emmanuelle Tanguay et Alexandre Tougas


Pourquoi pas moi

Pourquoi pas moi
Les circonstances de notre époque font parfois de nous des êtres engagés dans des processus d'individualité. Aujourd'hui la définition du mot "altruisme" n'est plus tout à fait entière. Une jeune femme est assise au comptoir d'un bar. Elle a envie et besoin de parler, de partager sa soirée extraordinaire avec tout le monde. Il y a aussi une bonne part d'improvisation. Et la sensation, déjà, que quelque chose devait arriver. Ce soir est un grand, et pour Lucie, tout est possible !

Après avoir été remarqué à Paris, ce monologue interactif a été adapté en québécois et présenté aux Pas Sages en août 2010. Il a été invité à participer à l'édition 2011 du Festival de Théâtre de Rue de Lachine, celle de Vue sur la Relève et a été de la programmation de Zone Homa en juillet 2011.

Texte : Vincent Rivard
Mise en scène : Alexandre L'Heureux
Interprète : Isabel Rancier


Les larmes de l'aveugle

Les larmes de l'aveugle
Crédit : Élise Borduas
Une place publique.
Un aveugle se fait voyant : prise de conscience insoutenable. La dérision du monde extérieur le pousse aux larmes et aux imprécations.

Une comédie noire où un non-voyant devient le trouble-fête d'une société en corruption. Un fois l'ordre public rétablie, les bonnes âmes pourront enfin, sans se faire insulter, se rendre en paix à l'Opéra où l'on présente "Les Mongols" de Torfetti.

Cette pièce radiophonique a été adaptée à la scène est le premier projet du Théâtre du Frèt. L'oeuvre est présentée dans un mise en scène collective à Montréal à l'automne 2007. Elle sera ensuite présentée au Festival "Vue sur la relève" ainsi qu'au Théâtre des Asphodèles à Lyon en collaboration du Golem Makers et finalement au Théâtre de l'Opprimé à Paris en 2010 avec l'honorable présence de l'auteur et académicien Monsieur René de Obladia.

Texte : René de Obaldia
Mise en scène collective avec l'aimable participation de Cyril Cotinaut (2009)
Interprètes : Maxime Cella (France), Myriam Le Chanoine en alternance avec Hélène Degy (France), Alexandre L'Heureux en alternance avec Guillaume Campeau-Vallée, Simon-Pïerre Ramon (France) et Léa Traversy
Décor et costume : Benoit Grégoire
Son : Marcin Bunar